Le Tannage du cuir

Catégories : Lifestyle , Tutos
Le Tannage du cuir

Qu'est ce que le tannage?

Avant toutes choses, il faut bien comprendre ce qu'est le tannage. C'est en fait un ensemble d'étapes et opérations qui transforment les peaux des animaux pour leur assurer une tenue et une longévité. La peau brute devient donc du cuir.

Histoire du Tannage :

Nos ancêtres n'ont pas mis longtemps pour se rendre compte de l'intérêt de la peaux des animaux. En effet, une fois leur viande utilisée à des fins alimentaires, les os transformés en outils, la peau a vite trouvé son utilité. Cependant, comme il fallait trouver une solution pour garder la nourriture longtemps et donc apprendre à la conserver, il a rapidement fallu apprendre à faire de même avec les peaux qui pouvaient soit pourrir et devenir impossibles à garder, soit sécher et devenir raides et impossibles là aussi à utiliser. Tout dépend de la zone géographique, du climat ou de la saison à laquelle la peau était travaillée.

On sait que les premiers tanneurs, ont commencé à officier il y a plus de 50.000 ans, grâce à notre lointain ancêtre, l'homme de Neandertal. Les peaux servaient à se couvrir, à se protéger du froid. Elles étaient aussi transformées en sandales qui on du changer la vie des hommes dans leurs vies quotidiennes!

Il y a 10.000 ans, c'est l'apparition du tannage à l'huile. Cela changera beaucoup de choses car l'ajout de matières grasses transformera le résultat final. Les peaux deviennent plus résistantes à l'eau et plus souples. 

neandertal cuir tannerie

Puis, jusqu'à 1500 ans avant J.C, toutes les grandes civilisations vont apprendre à tanner et vont améliorer la technique. Les Égyptiens en feront des sièges et des tombeaux avec les cuirs, les Mésopotamiens feront les premières armures en cuir, souples et solides à la fois, cela changera considérablement l'art de la guerre, le confort des soldats et leur résistances aux coups des autres. De grandes guerres seront gagnées grâce à ces armures en cuir, ce qui était absolument révolutionnaire à l'époque.

Par la suite, ce sont les Sumériens qui transformeront leurs chars en apposant du cuir sur les roues par exemple. C'est une bonne protection contre les flèches. Les utilisations militaires sont la priorité, car le travail du cuir reste cher, c'est l'exclusivité des armées, des rois et des empereurs. Le peuple ne pourra s'offrir que quelques accessoires en cuir, et par le peuple, nous entendons les plus aisés, qui seuls pourront acquérir des ceintures ou des petites sangles en cuir.

Par la suite, les Romains et les civilisations qui vont se succéder jusqu'au moyen age, vont largement développer le cuir et améliorer les méthodes de tannage.

Il faudra attendre exactement 1160 pour que naisse un corps de métier dédié au cuir et au tannage en général. Les villes commenceront à dédier un espace à ces artisans, comme en ont les ouvriers et spécialistes du bois, du fer, de la pierre ou encore des tissus. C'est bien là le début de la reconnaissance et surtout la naissance d'un besoin grandissant et du développement des cuirs dans de multiples utilisations. Souliers, vêtements, livres, chaises, meubles, sacs, tapis, portes, revêtements divers et variés, l'industrie du cuir est en train de vivre un grand développement. En revanche, les zones dédiées au tannage et au cuir, ne sont pas situées aux cœurs des grandes villes, car les tanins utilisés sont souvent associés à des maladies et autres problèmes de nocivité, sans parler des odeurs nauséabondes qui émanent des tanneries. Ces dernières sont donc reléguées aux alentours des villes.

En 1840, c'est un grand virage pour le tannage. En effet, la découverte du chrome pour tanner les peaux va changer considérablement cette industrie. C'est la naissance des grandes usines du cuir qui vont employer des millions de personnes dans le monde entier. Le procédé est accéléré, la méthode donne de meilleurs résultats, la demande est grandissante et les prix baissent. C'est l'age d'or de l'industrie du cuir. Une nouvelle dynamique arrive avec la naissance de petits ateliers familiaux qui vont sublimer le savoir faire.

Au 20 ème siècle, le développement depuis 100 ans de cette industrie, aura raison des petits ateliers. Les grandes industries gagnent et se consolident. La quasi totalité des ateliers familiaux de tannage va disparaître. Seuls les ateliers fabriquant en petite quantité et à la qualité parfaite, réussiront à survivre en fournissant l'industrie du luxe, qui encore aujourd'hui ne cessera de croître. Fin du siècle, la problématique environnementale fera se remettre en question l'industrie des tanneurs pour trouver des méthodes plus respectueuses de l'environnement et de la santé humaine. Une profonde mutation, nécessaire, est en marche.

tannage

Les principales méthodes.

Nous le verrons plus loin dans le détail, mais on synthèse peut distinguer deux grandes façons de tanner les peaux des animaux. Tout d'abord le tannage dit minéral, qui représente à lui seul plus de 80% de la production mondiale. C'est une méthode moderne et efficace qui a permis de rendre le cuir accessible à une grande partie du monde. Ce tannage est réalisé en général avec des sels de chrome, mais on utilise aussi des sels  de titane ou encore des sels d'alun. Le reste du tannage mondial est le tannage dit végétal, qui lui est utilisé avec des tanins d'origine végétale. Comme ce procédé est beaucoup plus long et onéreux, il est principalement utilisé pour les peaux haut de gamme.

Un procédé chimique

Si l'on rentre un peu dans le détail technique de ce qu'est le tannage, on peut dire que c'est un procédé chimique qui va créer des liaisons fortes et résistantes entre les fibres de collagène naturellement présentes dans la peau pour transformer celles ci en cuir. Une fois ces fibres reliées, le cuir obtiendra de nouvelles propriétés, comme la résistance à l'eau, à la chaleur ou encore aux frottements et à l'abrasion. La liaison des fibres de collagène apporte aussi une souplesse au cuir, ou une fermeté, selon le procédé de tannage utilisé.

On tanne dans des tanneries et l'artisan qui y travaille est le tanneur. Il existe dans le monde de nombreuses tanneries, plus ou moins connues pour leur savoir faire. Il ne faut pas oublier que le tannage est un art.

Pourquoi Tanner une peau?

Il est important de tanner une peau car cela va lui conférer toute sa stabilité dans le temps. Le tannage va consister à transformer la peau grâce à des tanins qui vont lui donner toute ses capacités de conservation. Sans ce procédé, la peau encore crue, finirait par pourrir et ne serait donc absolument pas utilisable. Le tannage va retirer l'eau de la peau et ainsi la rendre imputrescible. Cette peau pourra être conservée pendant de longues décennies pourvu qu'elle soit bien entretenue par son nouveau propriétaire.

tannage maroc

Les méthodes de Tannages du cuir :

Le Tannage Végétal

Comme expliqué plus haut, c'est le tannage exclusif des peaux haut de gamme. Les cuirs de l'industrie du luxe sont en général tannés avec des tanins d'origine végétale.

Le tannage végétal est le tannage le plus ancien. C'est une méthode séculaire, qui existe depuis que le cuir est porté de façon régulière par l'homme. Il nécessite l'emploi de tanins végétaux qui sont très variés.

On distinguera quelques grandes catégories de végétaux utilisés pour tanner les cuirs.

  1. Les feuilles de sumac
  2. Les bois de châtaigner ou d'autres essences d’Amérique du sud comme le Quebracho.
  3. La terre de bruyère
  4. L'écorce de Mimosa
  5. L'écorce de chêne, très riche en tanins. C'est le tannage traditionnel utilisé en France.

Le choix du tanin qui sera utilisé dépendra de la peau de l'animal qui doit être travaillée. Il conférera aussi une rendu différent à la peau selon les ingrédients utilisés. 

Ce tannage dit végétal s'effectuera par trempage des peaux dans des cuves dédiées à cet effet, qui contiennent la "recette" des tanins, au lieu de cuves on pourra aussi utiliser des "foulons de tannerie". Le tannage se réalise par un trempage lent, qui pourra durer de quelques jours à plusieurs mois. Un trempage long donnera des cuirs plus ferme qui seront utilisés pour des semelles, des bandoulières, des sangles, des selles pour les cavaliers, des poignées de bagages ou de sacs, des ceintures haut de gamme ou encore dans l'assise de certain meubles.

Le tannage végétal rend chaque peau unique. Bien évidemment, cette technique douce et naturelle rencontre des limites dans son utilisation. Le cuir restera plus "vivant". Au début de sa vie de cuir d'un sac à main, par exemple, dont le cuir tanné végétal sera plus dense, il sera moins élastique car les tanins auront été moins agressifs. Le temps sera l'allié de ces cuirs, qui gagneront en élasticité et se bonifieront selon la lumière, l'environnement, l'hygrométrie et l'entretien (graissage) que son propriétaire lui donnera. Il faudra donner de l'amour, du temps et de la patience aux cuirs...

A noter aussi que les cuirs seront sublimés lorsqu'ils garderont une tonalité proche de leur couleur naturelle. Ce tannage sans sels agressifs, rendra l'application de tentures aux couleurs vives bien plus difficile à réaliser et au rendu parfois décevant. Il faut mieux rester dans les déclinaisons de cuirs marrons et noirs.

Enfin, le tannage végétal a un impact sur l'environnement qui est neutre, car les rejets sont tous biodégradables. C'est naturel! Les boues issues du tannage végétal sont utilisées par l'agriculture pour enrichir les terres et de l'autre côté, les eaux usées ne présentent aucun danger et peuvent être tout bonnement envoyées dans les stations d'épuration, sans risques pour l'environnement. La seule limite de ce processus est le temps qu'il nécessite, ce qui a un impact sur les besoins en eau. Ce procédé est très gourmand en eau car il peut durer jusqu'à une année!

Le Tannage Minéral (au chrome)

C'est la méthode la plus connue et la plus utilisée dans l'industrie du cuir. On utilisera des sels de chrome, ou de zirconium, mais aussi des sels de fer. On trempera les peaux dans un foulon, c'est comme une grosse machine à laver qui permet de tourner les peaux et ainsi de remuer le contenu et avoir ainsi un trempage et donc un tannage uniforme. On est loin de la méthode séculaire des tanneries de Fès au Maroc. (Nous en parlerons plus loin)

La technique qui a été découverte au 19 ème siècle permet un tannage ultra rapide, qui pourra aller de quelques heures à quelques jours. On est bien loin des rendements faibles du tannage végétal. Ce procédé a pris le pas sur les autres tannage car il est rapide, a de bons résultats et en plus consomme bien moins d'eau que les autres méthodes.

Le résultat de ce procédé industriel est une grande résistance et élasticité du cuir. ce dernier résistera mieux aux éraflures, au déchirements et aux écarts de température.

Le procédé :

  • La peau qui est encore "en tripe" c'est à dire avec des parties organiques, est acidifiée avec 8 à 10% de sel marin
  • Ajout d'acide sulfurique
  • Ajout du sulfate de chrome basique qui grâce au sel pénètre dans la peau. Celui ci est ajouté sous forme de poudre.
  • Il faut agiter les peaux pendant au moins 2H.
  • Du carbonate de sodium est ajouté pour neutraliser l'acidité de la peau. Elle doit se faire de façon progressive.
  • Laisser reposer (Le tannage est en cours). Le temps dépend de la peau.
  • Temps d'attente de 8H pour les peaux de chèvres, veaux ou moutons. Elle est de plus de 14h pour les bovidés.

Même si les résultats obtenus sont bons, il faut tout de même relever l'impact sur l'environnement d'un tel procédé. En effet, le tannage au chrome est de plus en plus décrié car les rejets industriels chargés en métaux lourds issus du tannage peuvent avoir de graves conséquences sur l'environnement. Ceci est encore plus vrai dans les pays qui n'ont pas de normes environnementales aussi strictes que celles qui existent en Europe. En effet, en France, en Italie ou encore dans les autres pays de l'UE, les normes strictes font que les boues chromées sont toutes conservées par les industries et sont traitées par ces dernières. Les initiatives pour donner une seconde vie à ce chrome, sont de plus en plus nombreuses et c'est une bonne chose. L'industrie textile, grande pollueuse devant l'éternel, remet en question ses processus industriels. Le cuir, et donc le tannage, sont en train de vivre une profonde mutation.

Le Tannage au sel d'Alun ou Tannage à l'aluminium

Selon ce que nous savons de l'histoire de l'homme, ce serait l'une des plus anciennes méthodes de tannage. Cette technique est réalisée avec de l'eau et le premier minéral connu ayant un impact sur les peaux, le sel d'Alun.

Le sel d'Alun, très connu, est de nouveau très à la mode de nos jours car il a moins d'impact que le chrome. De plus, il permet d'appliquer des teintures avec des coloris très variés et aux couleurs intenses. De ce fait, il est souvent employé en mégisserie et donc pour tanner les petites pièces de peaux. Il sera parfait pour une peau d'ovin ou de caprin. On pourra aussi l'utiliser sur des chutes de peaux de petits animaux, mais aussi sur les fourrures.

Le Tannage Sans métaux

Ce procédé est industriel et utilise des produits chimiques. Il permet de ne pas utiliser de chrome ou autres métaux lourds ou non lourds. Les tannants utilisés dans ce procédé sont des tannants de synthèse, à base de composés dits "organiques" comme le triazine, le polyphénol ou le polymère.

Le résultat sur les peaux est excellent, car le cuir aura une excellente souplesse, il sera très résistant et aura même un toucher plutôt moelleux. Les accessoires de mode tannés ainsi, sont tout à fait lavables et résistants aux tâches.

Un autre avantage est la neutralité de couleur du tannant, car ce dernier est blanc, il n'aura donc pas d'impact sur la couleur du cuir et des teintes très vives pourront donc y être adjointes.

Ce procédé est très en vogue car il n'utilise pas de métaux lourds. De plus, chaque tanneur peut utiliser sa propre recette et donc avoir un résultat exclusif qui sera sa signature dans le résultat des cuirs obtenus.

Le Tannage Mixte

C'est un mélange des différents tannages vus avant. Cela peut être appliqué à tout moment du processus, que ce soit au tannage ou au moment du retannage. On peut en effet faire un premier tannage au chrome, puis faire un retannage sans métaux, ou végétal. L'idée est de profiter des avantages de chaque procédé. Pour cela, il est important d'avoir un tanneur connaissant toutes les méthodes, leurs propriétés, leurs résultats, de façon à les combiner au mieux. L'intervention de l'artisan et donc toute son expérience feront toute la différence pour obtenir des peaux parfaites avec le rendu impeccable et idéal pour l'utilisation finale prévue.

peaux en cuir

Du cuir brut un cuir fini :

Une fois le cuir tanné, tout commence pour devenir un cuir de qualité. Le tannage n'est que la toute première étape d'un long processus avant d'avoir un cuir prêt à la découpe et à sa transformation en sac à main, en sac en cuir pour homme, en chaussure ou en siège de voiture de luxe.

Ce procédé comporte toute une série d'opérations qui sont à la fois manuelles, mécaniques, mais aussi chimiques et c'est dans ce procédé que l'expérience et l’œil de l'artisan tanneur fera toute la différence car le procédé donnera un résultat très spécifique selon la recette du tannage, selon, le temps du tannage, selon l'espèce animale de la peau utilisée pour confectionner son cuir, selon son utilisation finale, selon son grain, sa brillance, sa résistance, son élasticité etc... 

Voici donc le descriptif complet du processus pour passer d'un cuir brut à un cuir fini, prêt à une nouvelle longue vie.

Reprenons le procédé complet :

1 - Le tri

C'est la toute première étape, car une fois les peaux réceptionnées à la tannerie, il faut les trier. En effet, toutes les peaux ne se valent pas. Un tri précis est fait selon les qualité des peaux et bien évidemment selon l'animal livré.

  • Sexe de l'animal
  • Taille des peaux
  • Poids de la peau
  • Qualité de la peau
  • Présence de défauts comme des trous ou des déchirures
  • Temps d'abattage.

2 - Le rognage

Une fois les peaux triées selon leur qualité, chaque lot est traité dans son ensemble. La première transformation opérée sur les peaux est le rognage. Il peut être effectué directement pendant ou juste après le tri, car il consiste à éliminer toutes les parties de peaux brutes qui ne présentent aucun intérêt pour le produit final :

  • Enlever les pattes
  • Supprimer les mamelles
  • Excès de peaux
  • restes de tendons. 

3 - La conservation et le stockage des peaux

Avant de tanner les peaux il faut les stocker et donc les avoir dans un état de conservation tout à fait irréprochable. Il est donc nécessaire d'appliquer un traitement sur toutes les peaux, afin d’empêcher ces dernières  de se dégrader entre leur dépouillage et l'atelier de rivière.

Pour être conservée jusqu'à 6 mois, le traitement de conservation consiste à les saler comme on sale un jambon. Elles sont donc saumurées, séchées et séchées de nouveau au sel. S'il n'était pas nécessaire de conserver les peaux autant de temps car la tannerie en a besoin dans les jours qui suivent leur livraison, alors un simple stockage dans des frigos prévus à cet effet sera suffisant.

stockage des peaux de cuir tannées

4 - Le Reverdissage, aussi appelé travail de rivière

Cette étape est tout à fait indispensable pour sortir les peaux de leur sommeil et les préparer à être transformées. Cette étape qui est connue chez les tanneurs sous le nom de "la trempe" consiste, comme son nom l'indique, à dessaler les peaux en les plongeant dans un volume d'eau qui est de 5 à 6 fois celui de la peau. Lors de cette réhydratation, un antiseptique est ajouté, ce qui est indispensable pour empêcher la peau de se dégrader et d'entrer en phase de putréfaction. Cela empêche la dégradation de la fleur de la peau, c'est à dire de la partie la plus noble, celle où l'animal avait ses poils. A l'époque, les peaux étaient trempées directement dans le lit d'une rivière, d'où le nom de "travail de rivière". De nos jours, les peaux sont dessalées dans des cuves prévues à cet effet dans lesquelles l'eau est renouvelée de façon régulière.

5 - L'épilage et le pelanage

Cette étape a pour but d'éliminer les poils de l'animal et laisser ainsi la peau lisse comme une peau de bébé. En général, c'est à l'aide d'un produit chimique que l'on retire les poils, ces derniers sont détruits et il supprime l'épiderme de surface ainsi que la kératine. Ce procédé est légèrement corrosif et agresse un peu la surface de la peau de façon à la rendre plus réceptive aux traitement qui lui seront administrés par la suite.

travail du cuir en tannierie

6 - L'écharnage

L'épilage a éliminé ce qui se trouvait à l'extérieur de la peau, l'écharnage, lui, ce qui se trouve à l'intérieur de la peau. La peau est passée dans une écharneuse qui supprimera tous les tissus résiduels sous cutanés.

7 - Le Tannage

Il existe quelques étapes préliminaires au tannage.

  • Le déchaulage : Objectif : réduire le PH des peaux et les approcher de la neutralité. Les peaux sont trempées dans les cuves pleines d'eaux et de produits permettant le déchaulage.
  • Le confitage : La peau est détendue avec un produit qui dégrade les protéines non collagéniques. Des enzymes spécifiques vont agir progressivement et ainsi détendre la peau et la rendre plus réceptive aux tanins qui lui seront mis.
  • Le Picklage quant à lui réduira encore le PH de la peau, surtout si cette dernière doit recevoir un tannage minéral, au chrome ou encore végétal.
  • Le tannage : (Un des multiples procédés de tannage sera réalisé : Végétal, minéral, mixte etc...

8 - Le retannage

Une fois tanné, les peaux qui ne sont pas encore considérées comme du cuir à proprement parler, sont remises dans le foulons avec des tanins nouveaux et frais ainsi que de la matière grasse, ce qui va permettre aux peaux de recevoir un nouveau, mais très léger, tannage. C'est donc une seconde passe avec du gras, pour nourrir la peau.

sechage des peux cuir tannage

9 - L'essorage

Avant d'être essorées, les peaux sont tout simplement égouttées, ce qui permet de faire sortir naturellement l'eau contenue.

C'est un peu comme dans une imprimerie, ou plutôt du côté de la fabrique des feuilles de papier. En effet, il faut enlever l'eau restée dans les peaux, pour cela on utilise de puissantes presses dans lesquelles sont empilées les peaux. Elles sont pressées pour en faire sortir toute l'eau. Il est aussi possible de mettre les peaux dans une machine qui sera munie de cylindres de feutre qui absorberont un maximum d'humidité. La peau doit être sèche pour pouvoir être travaillée et traitée. d'où l'étape suivante...

sechage des peaux de cuir

10 - Le séchage, ou la mise au vent.

Comme des feuilles de tabac frais, les peaux doivent être séchées, déshydratées, pour pouvoir être utilisées. Elles sont donc suspendues dans des greniers dédiés à cet effet ou dans certains cas à l'air libre si le taux d'hygrométrie est bas. Il existe aussi la méthode de l'étuve qui est équipée d'un système de chauffage avec circulation de l'air, qui permet un séchage industriel et rapide des peaux. Toutefois, pour une peau de qualité, plus le séchage est long mieux ce sera pour un résultat optimum. Les produits de luxe demandent en général du temps, de la patience et du savoir faire.

Quand la peau est parfaitement sèche, cette dernière est toute raide et peut être ondulée et avoir la forme prise lors du séchage. Elle doit être aplatie pour être utilisée.

11 - Le refendage et dérayage

Comme chez le boulanger qui fait sa pâte feuilletée à l'aide d'un laminoir, le tanneur aura besoin de dérayer les peaux, c'est à dire de les passer au dérayage ce qui permet d'aplatir la peau et de lui donner dans un premier temps une épaisseur homogène sur toute sa surface.

En résumé : Refendage = épaisseur voulue. Dérayage = égalisation du cuir.

12 - La mise en humeur

Aussi appelée palissonnage, la mise en humeur est un procédé propre aux peaux de cuir, qui consiste à légèrement humidifier la peau de façon harmonieuse. Ce procédé simple permet de préparer la peau aux étapes suivantes et donc de l'assouplir pour qu'elle puisse être travaillée.

La roue sur laquelle passe la peau va encore l'aplatir et l'uniformiser, le palissonnage exercera une force plus ou moins forte selon le résultat désiré.

mise en couleur et teinture des cuirs

13 - Le corroyage

Cela va permettre de transformer le cuir en cuir fini. 

Opération chimique :

  • La teinture : Le cuir est teinté avec un colorant chimique ou végétal. Les couches sont appliquées une à une, ou de façon plus globale à l'aide d'un bain de teinture.
  • La nourriture : cette opération devra être assurée tout au long de la vie du cuir. Elle consiste à faire absorber de la graisse, de façon importante dans la tannerie, pour la première fois, puis de façon annuelle par petites touches d'imprégnations contrôlées, pour garantir une longévité à votre cuir. Cette étape fera toute la différence entre un cuir qui ne vieillira presque pas et un cuir qui craquellera, ternira et finira par casser ou se déchirer dans le temps.
  • Le finissage : En fin de production, cette étape uniformise le cuir. Une sorte d’aspect luisant et brillant est donné au cuir à l'aide l'un lustrage manuel ou avec une machine dédiée à cet effet. C'est un peu comme l'étape de lustrage de vos soulier, une fois cirés, ce polissage donnera toute la tenue à la couleur, sa profondeur et aussi l'uniformité de son ton sur toute la surface. C'est l'étape finale et indispensable.

tannage du cuir méthode

14 - Autres finitions sur cuir sec :

  • Le veloutage est un procédé qui consiste à poncer le cuir à l'aide d'un abrasif très fin. Il est pratiqué exclusivement sur un cuir pleine fleur, c'est à dire sur la partie externe de la peau, là où l'animal avait ses poils. Ce meulage, ou ponçage, donnera le fameux "Nubuck".
  • Le veloutage qui est réalisé sur un cuir dit "croûte de cuir", c'est à dire le cuir interne de la bête, celui qui était à côté le peau donnera un cuir appelé "Velours".
  • La liéage est un procédé qui se fait au moyen de cylindres recouverts de liège. On frotte la peau avec ce liège, ce procédé peut être réalisé à la main, ce qui rendra la finition plus précise, homogène et avec un rendu sans pareil. Le liéage amplifie l'aspect du grain de la fleur. Cela sublime les cuirs pleine fleur.
  • Le Lissage aussi appelé le satinage, consiste à rendre le cuir plus brillant, c'est une forme de lustrage. Il permet aussi de le rendre plus lisse, avec un toucher sans aucune aspérité. Cette fois ci on utilisera un cylindre en verre, car la surface est parfaitement lisse et inusable, elle est aussi neutre pour le cuir. Il est possible aussi, dans les processus plus rapides et industriels, d'utiliser une plaque chauffée pour lisser le cuir.

grain du cuir

15 - Le grainage du cuir. Finition sur cuir sec uniquement :

C'est une opération importante qui consiste à donner au cuir son grain définitif, c'est à dire sa structure. C'est une impression qui est faite sur la peau par la mise en presse de la peau. On appliquera par pression plus ou moins forte, un moule en cuivre ou en laiton qui laissera une marque sur toute la surface, un "grain", qui peut avoir toutes formes de reliefs. Chevrons, défauts de cuirs, grains gros ou fins etc... La plaque gravée peut faire tous les reliefs que l'imagination des artisans est capable de tester!

cuir fini

Le cuir est prêt à être coupé, assemblé, cousu, pour créer de beaux accessoires de mode dans la plus pure tradition des artisans du cuir des grandes régions connues dans le monde entier pour leur savoir faire. Nous ne les citerons pas toutes car elles sont nombreuses et en fait, presque chaque pays a son savoir faire et sa propre industrie qu'elle soit développée ou encore très artisanale.

Le tannage du cuir en Vidéo

Nous avons sélectionné cette vidéo qui reprend toutes les étapes que nous venons de vous décrire. Elle est très bien réalisée et montre parfaitement le processus.

Merci à la société MPG Conceria pour ce très beau film que nous vous partageons depuis leur compte Youtube :

Les outils du tanneur

Il existe une très large panoplie d'outils dont le tanneur artisan aura besoin pour transformer une simple peau de vache tout juste livrée de l'abattoir en superbe cuir parfaitement fini, huilé et détendu, prêt à être découpé et cousu par un autre artisan, celui de la bagagerie de luxe par exemple. Nous consacrerons très bientôt un article très complet dédié à tous ces artisans aux mains en or qui arrivent à créer de superbes sacs, ceintures et autres selleries en cuirs exceptionnels. Mais pour en arriver là, il faut le travail expérimenté, l’œil et les doigts avisés du tanneur. Sans lui, sans son savoir faire transmis depuis des générations, sans ses outils eux aussi transmis de père en fils, il n'y aurait rien : Retour à la préhistoire!

Petit focus sur les outils nécessaires pour transformer les peaux :

  • Soufflet de boucher, utilisé par le boucher pour décoller la peau sans abîmer la viande
  • Couteau de rivière, pour racler chair et poils
  • Couteau sourd, un couteau sans tranchant dit rond, pour nettoyer le côté fleur
  • Couteau à écharner pour enlever les chairs
  • Faux de tanneur
  • Couteau à parer pour nettoyer le côté chair. Appelé aussi couteau à revers ou Drayer
  • Semelles métalliques, pour égaliser le cuir en le posant sur le sol et en le frottant avec ces semelles
  • Etires à lame en fer pour régulariser l'épaisseur du cuir
  • Etire à glace, pour donner du brillant au cuir
  • Curses pour arracher les derniers petits poils restant sur la peau
  • Margueritte, aussi appelée pommelle, recouverte de liège pour assouplir et donner du grain
  • Couteau à délainer pour enlever les poils des ovins

les outils du tanneur

outils du tanneur

Le cuir fini

Une fois grainé, le cuir est terminé. Tout cela lui a donné sa couleur, sa tenue, les propriétés protectrices contre les taches, sa résistance aux frottements ou aux accrocs, sa résistance à l'eau mais aussi à la lumière, à la chaleur etc... Le travail des peaux est très important car c'est lui qui donnera toutes les caractéristiques esthétiques, en plus de la qualité originelle de la bête utilisées, comme son rendu au niveau de la brillance, du relief avec le grainage, et bien évidemment la profondeur de la couleur et le sens du toucher. 

Nous n'oublions pas que tout ce procédé donnera au cuir cette subtile odeur que nous aimons tant et qui enivre tous les amoureux et esthète de ce matériau si noble. Le procédé est long et fastidieux, résultat de millénaires d'expérience.

sac en cuir

Clin d'oeil aux célèbres tanneries de Fès

Il existe des centaines de tanneries dans le monde entier, il y en a sur tous les continents, mais il faut bien avouer que lorsque l'on parle de tannerie, tout de suite nous voyons l'image typique des célèbres tanneries de Fès, carte postale de l'artisanat Marocain, avec ses centaines de cuves en terre, mélanges et déclinaisons de couleurs.

Les tanneries de Fès sont certainement l'un des endroits les plus connus du Maroc et c'est un passage obligé. Les tanneries Chouara, qui sont les plus anciennes tanneries de Fès, sont à visiter absolument.

Le cuir est très présent dans l'artisanat Marocain, on en trouve à tous les coins de rue lors de vos promenades au coeur de Fès el Bali. La majorité des tanneries y sont présentes et il n'est pas rare de croiser des ânes chargés de peaux tannées ou qui ne vont pas tarder à l'être.

La médina de Fès compte 3 tanneries différences. Deux qui sont relativement petites, puis la plus grande, celle de Chouara qui a plus de 1000 ans! Ce qui est tout simplement incroyable, en effet, quelle entreprise existe depuis plus de 1000 ans?

Cette tannerie est toujours en pleine activité, cela ne s'est jamais arrêté. Alors oui, ça glisse, c'est très sale car c'est recouvert de tanins aux odeurs plutôt fortes mais qui sont soutenables. C'est un lieu de travail qui est resté dans son jus, avec le même niveau de sécurité pour le travail des tanneurs qu'il y a 1000 ans...

Le travail y est totalement artisanal, comme on fait depuis toujours, c'est un réel voyage dans le temps. Tout le travail y est manuel, toutes les étapes que nous avons décrit plus haut dans cet article sont réalisées avec les mains et quelques outils rudimentaires. Ce qui est tout à fait remarquable c'est que ces femmes et hommes travaillent dans ces conditions, le tout sous un soleil de plomb avec des températures qui avoisinent souvent les 40 degrés celcius...

La technique est donc la même, et les tanneurs, que l'on appelle des "Blida" immergent les peaux dans des cuves, puis ils les piétinent pour en enlever les saletés et autres impuretés qui sont dans les peaux. Les peaux sont changées de bains, et l'opération est répétée avant d'être plongées dans le dernier bain, celui de la teinture.

Cette méthode ancestrale n'est pas sans problème, car elle nécessite beaucoup d'eau, ce qui n'est pas une élément qui coule à foison au Maroc. De plus, on utilise pour le tannage de la fiente de pigeons car elle contient de l'ammoniac, mais aussi du sel ou encore de la chaux. Le tout est certes naturel, mais du coup des odeurs fortes s'échappent lorsque l'on est à proximité des cuves. Les conditions de travail y sont donc les mêmes qu'au moyen age, sachant qu'en plus il faut piétiner les peaux dans leurs cuves pendant plus de 3 heures. Il faut avoir la santé pour faire ça.

Les tanneries artisanales que nous venons de citer utilisent ces produits naturels pour tanner, alors que les autres tanneries, qui sont plus de 50 dans la ville, utilisent des méthodes modernes. Elles utilisent l'acide sulfurique, le chrome, le sulfate, l'acide formique ou encore la chaux vive et le sulfure... Que du bon!

Passées toutes ces considérations, peut être verrez vous différemment cette carte postale colorée ou vous ferez comme tout le monde, vous succomberez aux multiples rabatteurs à l'entrée des tanneries, vous leur laisserez un Tip pour avoir visité une tannerie, vous prendrez de la hauteur pour faire une photo qui figurera en bonne place sur votre compte Instagram et vous redescendrez dans la ville pour acheter des babouches rouges ou jaune, qui, ceci étant dit, sont très agréables à porter et sont le symbole de l'artisanat Marocain, et dans ce cas, vous prendrez soin d'en acheter une paire qui au moins aura été confectionnée avec les cuirs tannés dans une des 3 tanneries artisanales citées au tout début de ce clin d'oeil.

tanneries de fes au maroc

Antonio Sanchez

Pour Cravate Avenue

Tous les droits sont réservés

Photos Pixabay - Bigstock - Wikipedia - Cravate Avenue

Articles en relation

Partager ce contenu

Ajouter un commentaire

 (avec http://)

1 commentaires

Romain KRUGER


07/06/2021 22:28:11

Superbe article sur le cuir !

Product added to wishlist

Afin de vous proposer le meilleur service possible, Cravate-Avenue utilise des cookies. En continuant de naviguer sur le site, vous déclarez accepter leur utilisation.