Histoire de la Cravate

tout ce qu'il faut savoir sur l'histoire du plus célèbre accessoire de mode pour homme. La Cravate depuis son invention à nos jours. 

cavalier croate

La cravate est un des accessoires de mode fétiches des hommes modernes élégants et dandy, mais connaissez vous sont histoire ? En effet, la cravate existe depuis très longtemps. 

L’origine supposé de la cravate serait attribuée à des cavaliers croates qui du temps de Louis XII et louis XVI portaient une étoffe autour du cou. Ce serait de là que viendrait aujourd’hui le mot francisé « Croate » en « Cravate », mais il n’y a rien d’absolument certain à ce sujet.  Ce qui est certain c’est que ces fameux cavaliers portaient bien une bande de tissus richement ornée autour de leur cou, il n’en fallu pas plus pour que nos rois fassent adopter cette mode dans leur cour. La cravate n’a pas eu de mal à convaincre grâce à son élégance mais aussi et surtout par son originalité. Elle était aussi extrêmement pratique puisqu’elle permettait de protéger des courants d’air fréquents dans le palais de Versailles.

Nous voilà bien loin de la première utilisation de cavaliers, qui la mettaient autour de leur cou pour se protéger principalement d’un coup d’épée qui aurait été fatal. 

La cravate a scellé l’amitié franco-Croate, à tel point que le régiment Croate du Royal-Cravate qui opéra lors de multiples opérations militaires du temps de la royauté française a toujours démontré sa fidélité au peuple Franc.  Voilà donc pour l’origine de la cravate, une histoire romantique qui a plus de 300 ans et qui persiste aujourd’hui, car les descendant des cavalières croates et du Royal Cravate sont aujourd’hui encore existants : Le 10ème régiment de cuirassiers de l’armée Française.

La cravate fera donc son entrée dans la garde robe des civils au cravate anciennedébut du XVIIème siècle. Elle sera le substitut aux jabots et autres dentelles. La cravate était bien plus masculine et élégante, mais surtout bien moins encombrantes ! Mais on n’abandonnera pas pour autant les dentelles, qui orneront finement les premières cravates confectionnées en France.  Elles seront généralement en coton ou quelque fois en lin.

La cravate de l’époque n’a toujours pas la forme que nous connaissons aujourd’hui, elle est plutôt large et se compare plus à une écharpe, car elle a la forme d’une bande de tissus.

Sous le règne du roi soleil, la cravate commencera à s’embourgeoise, on n’hésitera pas à l’orner de petits rubans de couleur afin de lui apporter un peu plus de fantaisie. Le roi créera même le métier de cravatier, qui appartiendra aux services de la chambre du roi.

Le Cravatier aura à cette époque le statut d’écuyer, il devra ajuster la cravate du roi, la choisir, la reprendre mais aussi et surtout de l’assortir avec les tenus de son altesse.

La cravate devenait un accessoire de mode et comme tout ce que le roi a ou fait est de bon ton,  elle deviendra l’accessoire de mode à avoir absolument. Mais attention à ne pas avoir une plus belle cravate que le roi.

C’est à peu près lors de la fin du dix septième siècle que l’on vit apparaître quelques courtes années la cravate dite de Steinkerque. Cette bataille du 3 aout 1692, du côté de la Belgique actuelle, a vu s’opposer la France et les anglo-hollandais. Normalement la cravate cravate portée à la boutonnièredes soldats est juste nouée autour du cou. Elle est nouée librement et peut avoir comme ornement un nœud coloré. Cela est en général réservé aux cérémonies. Une légende circule concernant la cravate et la bataille de Steinkerque. On raconte que lors de la bataille, funeste et sanglante, la Maison du Roi et les Princes n’auraient pas eu le temps de nouer correctement leur cravate, ainsi ils apparurent aux soldats avec un cravate entourée autour du cou, sans être nouée, et le grand pan de la cravate était passé dans le trou de la boutonnière. Après la bataille, cette légende aurait perduré et la mode avec.

Cette mode ne durera pas longtemps puisqu’elle disparaitra quelques décennies après au profit de la cravate « Stock », une simple cravate entourée d’un ruban noir qui entourera le cou et maintiendra aussi les cheveux derrière la tête. Cette cravate a été très utilisée au XVIII ème siècle.

1789 la révolution Française met fin à la royauté. Mais elle ne mettra pas fin à certains accessoires de mode, même s’ils étaient considérés comme des priviléges. Les Français n’hésiterons pas à porter une cravate dite à la « Garat », un comédien qui l’a longtemps portée et de ce fait popularisée. La cravate connaitra à cette époque un très grand succès. Mais elle sera aussi très populaire dans le monde occidental, comme en angleterre, ou elle se porte à cette époque, de couleur blanche avec toute une série de nœuds.

Le temps passe, la mode bouge et la cravate perdure. Elle évoluera au fil du temps, forme, couleur, taille et fantaisies. La difficulté à la nouer restera entière pendant de longues années, elle était d’ailleurs en général vendue déjà nouer. Ce sera la naissance de la célébre cravate régate, cette dernière est reconnue comme étant réellement la grand-mère des cravates que nous connaissons aujourd’hui et que vous trouverez sur Cravate Avenue.com. A noter que c’est à la même époque que l’on inventa le nœud papillon à nouer, comme nous le connaissons aujourd’hui.

1924 est une date clé dans l’histoire de la cravate. En effet, c’est la naissance officielle de la mère de toutes les cravates. Le célèbre cravatier New-Yorkais Langdord aura l’idée de génie de couper ses tissus en diagonale et d’assemble la cravate en trois parties : la face avant, la face arrière, et le tissus central qui apportera l’épaisseur et la tenue à cette dernière. On peut considérer cela comme une invention de taille car on ne changera plus le concept et on retrouvera l’aspect intemporel que nous connaissons encore aujourd’hui.

Au cours du XXème siècle, l’histoire de la cravate va s’accélérer car c’est son avènement. C’est l’accessoire de mode obligatoire. Au début du XXème siècle, elle est absolument obligatoire pour tous les hommes. Du lundi au dimanche, il serait impensable de sortir sans sa cravate et son veston. Elle fait partie de la tenue d’un homme au même titre que les souliers, le pantalon et la chemise.

Dans les années 20 à 60 elle sera extrêmement luxueuse et riche, on commencera à avoir des cravates en pure soie, des nouvelles méthodes de confection arriveront, et une multitude de nœuds seront inventés.

Dans les années 60 à 80, on testera un grand nombre de formes différentes. Elle prendra en largeur, jusqu’à 15 ou 16 cm (aujourd’hui la norme est entre 8 et 10). La cravate ne sera pas le seul accessoire de mode masculine a s’élargir au cour de ces années, puisque les cols de chemises, comme les pantalons verront leurs extrémité prendre de l’ampleur !

Dans les Années 1980, la cravate deviendra ultra slim (4cm), principalement portée par les rockers et autres Punks. Elle sera aussi colorée ou fantaisie. On trouvera aussi des cravates en cuir, ou encore la naissance ou renaissance de la cravate tricot. La cravate sera déclinée dans toutes les matières, même les plus originales comme les perles ou encore le bois. On ose tout ! On commencera aussi à voir la cravate portée au cou des femmes, car cet accessoire de mode jugé hautement masculin sera utilisé par les femmes comme un accessoire de mode idéal pour la working girl des années 1980 ou comme un accessoire de mode sexy à l’instar de Madona qui la popularisera dans de nombreux clips vidéo.

Dans les années 1990, la cravate était jugée comme le symbole de servitude envers son entreprise, associée au collier et à la laisse, à l’obéissance des cadres dans l’entreprise. Elle est statutaire et utilisée uniquement lors des grandes cérémonies. Elle est le dernier accessoire de mode pour homme que l’on osera porter, et l’on verra apparaître de nombreux motifs aux goûts qui seraient jugés de « douteux » de nos jours. Cravate fluo, cravates Simpson, cravates avec têtes de cerf. Mais les années 1990, période de croissance économique et de liberté, n’arriveront pas à bout de la cravate.

De nos jours, la cravate est un must have de la garde robe. Elle se porte aussi bien au travail qu’un week end, ou tout simplement pour une sortie entre amis. Elle sera en soie, plutôt slim, de 7 cm de large. C’est la cravate du businessman, portée tous les jours. De couleur unie de préférence.

histoire de la cravateLa cravate a fait son grand retour. Elle est moderne et sexy à la fois. Tous les ages la portent. Elle est de préférence slim et unie, mais on notera la forte percée des cravates au motif « tartan » au début des années 2012. Tous les hommes modernes et dandy en portent une. Il y a une forte demande pour des nœuds originaux et elle est largement popularisée. Les prix vont de 10 à 100 euros. Le choix des matières est incroyable, tout comme le choix des formes et textures. 2013 sera le grand retour de la cravate tricot, qui avait été ringardisée dans les années 1980. Aujourd’hui elle est le symbole du Dandy moderne.

La cravate est donc un très vieux accessoire de mode, qui a parcouru les siècles sans jamais disparaitre, a connu de nombreuses formes, a traversé les continents, les guerres, les joies et les peines. Elle existe dans toutes les couleurs, existe en une multitude de tissages ou matières. Les Italiens sont d’ailleurs mondialement reconnus pour être parmi les plus grands artisans spécialisés dans la cravate. Les Français et les Britanniques ne sont pas en reste, mais c’est bien à Como, Italie, que l’on retrouve la plus grande densité d’artisans cravatiers. On y retrouve encore des métiers à soie Jacquard, pour confectionner des cravates de qualité, on peut aussi y retrouver des cravates en soie natée ou bien encore la célèbre cravate en grenadine de soie, rendue populaire par le président Sarkozy qui ne portait que des cravates tissées ainsi. Nous vous conseillons vivement de tester un jour une cravate en grenadine de soie, son toucher est unique et sa tenue est incroyable. C’est le roi des tissus pour les cravates. Tant que nous sommes dans la royauté, nous allons parler de la reine des cravates. La cravate 7 plis. C’est un assemblage unique et bien particulier qui fait des cravates 7 plis les meilleures au monde. La tenue est parfaite. Ce n’est pas le résultat d’un simple pliage, c’est le travail d’un patronage unique de 6 découpes et d’un assemblage par une couturière hautement expérimentée qui fera de la « Seven Folds » une cravate d’exception.

Antonio Sanchez

Cravate Avenue.Com

Tous droits réservés - Toute copie de ce texte est une infraction aux droits d'auteur et sera poursuivie par Cravate Avenue SARL


Rechercher

Nos Marques

Choix de couleur

Récemment vus

Aucun produit

Menu

Top