Toutes les cravates...

Cravate Avenue vous explique toutes les matières, mode de confection et de tissage proposés par les artisans cravatiers. Tout sur l'univers des Cravates!

 

La cravate en soie

La cravate en soie est la cravate la plus connue parmi le royaume des porteurs de cravates. Les premières cravates en soie n’ont que plus d’un siècle d’existence. La soie est une matière d’origine naturelle issue du fameux ver à soie, la chenille appelée aussi le Bombix. La soie est issue du cocon de cette chenille. Le fil est fin et résistant et la technique de tissage est ancestrale.

 La soie est utilisée depuis des millénaires en Asie pour confectionner tuniques et autres accessoires. Ce fut quelques 2500 ans avant jésus Christ que la première technique de production de la soie fut découverte. Elle sera tout d’abord importée par la route qui porte son nom et relie la ville de Xi’an en Chine impériale à Antioche, en Syrie médiévale. Les chinois détenèrent très longtemps les mystères de la soie, et ce secret tomba en l’an 560 : C’est le début de la copie. Les européens commencèrent par copier les chinois, mais ces derniers se sont bien rattrapés depuis... Il faudra attendre le XIIIème siècle pour que la production comment en France. Les premières séricultures étaient situées dans le sud est Français de l’époque.

La soie est une matière noble, légèrement satinée, souple au toucher et qui permet de créer de multiples coloris, chatoyant et profond à la fois. Les soies les plus connues viennent de la ville italienne de Côme. Jusqu’à la fin des années 1980, l’industrie de la soie y était florissante mais les productions à bas prix ont presque réussi à avoir raison de cette industrie Italienne.

Depuis le début des années 2000, la ville de Côme renait de ses cendres, en effet, elle a su mettre en avant l’aspect artisanal de ses cravates et a su développer mondialement le talent reconnu de ses artisans cravatiers. Côme produit aujourd’hui parmi les plus belles cravates en soie au monde et bien évidement, Cravate Avenue vous propose une large sélection de cravates issues des productions de la belle ville de Côme.

La cravate en soie est le basique de la garde robe d’un homme qui débute dans sa vie professionnelle, elle est aussi indispensable pour un entretien d’embauche. La cravate en soie se remarque, elle a une bonne tenue et sera toujours du plus bel effet. Mais attention, car comme toujours il y a différentes soies.

Tout se joue dans l’épaisseur du fil utilisé, mais aussi et surtout dans la qualité du tissage. Le tissage le plus connu et reconnu est le jacquard. Le métier Jacquard a tout d’abord été mal reçu par les ouvriers des soieries lyonnaises, les canuts, qui ont vu dans cette machine une source possible de chômage (la mondialisation et l’industrialisation étaient déjà une préoccupation). A cause de ce métier, ce fut la fameuse révolte des Canuts de Lyon et les ouvriers cassèrent les machines. On ne peut lutter longtemps contre la modernité et ce métier finira par s’imposer et à devenir une référence dans le tissage de la soie.

Son rendu est unique, et le mode de production, bien plus rapide, permettra entre autre de démocratiser la soie. Aujourd’hui la soie se troupe partout, de toutes les couleurs, cravates à motifs, cravates unies, slim ou large, en soie imprimée ou en soie tissée, cravate club ou à pois, la soie est la matière des puristes de la cravates.

Toutes nos cravates en pure soie

 

La cravate en soie nattée

La cravate en soie nattée est une cravate dont le tissage de la soie a une particularité très spécifique. En effet, au lieu d’être tissée dans des métiers un fil par-dessus l’autre, la soie nattée est un ensemble de fils de soie qui s’entrecroisent de façon à dessiner un damier.

La particularité de ce mode de tissage dit « nattée » est que l’on passe 5 à 6 fils de soie au dessus, puis 5 à 6 fils en dessous. Il existe un grand choix de soies nattées car vous l’aurez compris, selon le nombre de fils utilisés et la taille de ces derniers, le résultat n’est pas le même. La cravate en soie nattée est donc le plus souvent de couleur unie, car avec cette méthode, le relief tissé donne l’impression d’un faux uni. Cela donne énormément d’éclats et de reflets. Les fils peuvent être très serrés, et cela donne une tenue moins souple à votre cravate en soie nattée, mais une meilleure résistance. La cravate en soie nattée est donc le résultat d’un tissage spécifique, peu courant, qui est dont très apprécié des connaisseurs de cravates.

 

La cravate en grenadine de soie

La cravate en grenadine de soie est une cravate très haut de gamme, tout particulièrement grâce à son mode de tissage unique. C’est certainement le mode de tissage le plus onéreux. Il n’existe aujourd’hui que très peu de métiers à tisser capables de réaliser une telle prouesse. On trouvera les derniers en Italie, plus précisément dans la région de Como, là où l’on confectionne parmi les plus belles cravates du monde et où les plus grandes maisons de luxe Françaises et Italiennes s’approvisionnent.

C’est un tissage tout en relief, formé de nœuds qui peuvent donner l’impression de tisser des nids d’abeilles. Ce tissage si spécifique ressemble à celui de la cravate tricot, pour le côté « relief » du tissage. C’est un tissage long et précis, qui demande une grande expérience.

Les plus belles cravates sont en général en grenadine de soie, et ce n’est pas pour rien que ces cravates en grenadine de soie se retrouvent au cou des dirigeants de ce monde. On notera l’affection toute particulière que portait Nicolas Sarkozy à ces cravates puisqu’il ne portait que de la grenadine de soie. Le résultat est une cravate élégante, sobre, mais surtout très légère et d’une excellente tenue qui permet de confectionner des nœuds proches de la perfection. Une cravate de puriste.

Les cravates en grenadine de soie

 

La cravate tricot

La cravate tricot s’est largement démocratisée ces dernières années. Son histoire est longue puique les première cravates tricot se sont réellement développées dans les années 1950.

 La cravate tricot est en général en tricot de soie, mais elle peut aussi exister en tricot de laine ou encore en tricot de polyester pour les moins chères. Aujourd’hui elle ne se porte pas seulement pour les grandes occasions, mais peu être portée tous les jours. Elle est aussi bien relax qu’habillée, pour le week end ou le travail. C’est une cravate passe partout.

La particularité de cette cravate est son bout carré, même s’il en existe aujourd’hui certaines avec le pan avant en forme de pointe. Mais ce n’est pas ainsi que l’on doit acheter une cravate dite « tricot ».  La cravate tricotée, ou encore, pour ceux qui ne connaissent pas son nom, la cravate « chaussette » est en général portée pour se différencier, pour faire preuve d’audace vestimentaire.

La cravate Tricot est l’égérie des Dandy. Ils adorent la porter avec une veste à deux tons, elle a l’aspect délicat et raffiné. Le Dandy n’hésitera pas à mettre une cravate en tricot de laine, l’hiver, ou en tricot de soie, mais se refusera totalement à porter une cravate en tricot de polyester, qui a le malheur de faire transpirer sous la chemise. Chocking !

Nous vous proposons de lire l’article très complet que nous avons rédigé sur la cravate tricot. Notre reporter mode Grégory Delanöé a enquêté sur le sujet et a longuement analysé cette cravate, sous toutes les coutures si l’on peut s’exprimer ainsi ;-)

Tout savoir sur la cravate tricot

Toutes les Cravates tricot

 

La cravate 6 plis

(Rédaction en cours…)

 

La cravate 7 plis

(Rédaction en cours…)

 

La cravate Mogador

(Rédaction en cours…)

 

 

La cravate en polyester

(Rédaction en cours…)



 

Antonio Sanchez.

Tous droits réservés.

Copie totalement interdite.


Rechercher

Nos Marques

Choix de couleur

Récemment vus

Aucun produit

Menu

Top