Bien maîtriser le style Casual-chic

Publié le : 13/11/2018 10:00:00
Catégories : Mode

Bien maîtriser le style Casual-chic

Vous l’avez entendu maintes et maintes fois dans la bouche de vos vendeurs de vêtements préférés. Vous avez compris que c’était LE style inhérent à tous les hommes cool du moment ! Mais pour décrire exactement ce qu’il représente et quelles sont ses spécificités, là, c’est beaucoup moins évident ! Le casual-chic est un style facile mais pas sans risques.

A nous donc de vous décrypter un peu cette tendance devenue un must et à vous familiariser avec ses basiques, qui tombent finalement sous le sens.

Pour commencer, le casual-chic est trendy depuis des décennies, mais pas forcément avec les mêmes codes. Chaque époque ses plaisirs, et dans les années 80, le style se repérait ainsi au fameux chinos, au pull négligemment noué sur les épaules, au polo, aux couleurs pop.

Dans les années 90, les sneakers reviennent en force et se marient avec des blazer-jeans un peu loose, qui laisseront place dans les années 2000 au retour de la cravate-chemise portée en décalé sur des pantalons détente ou sur des jeans et des mocassins week end.

 

Dans toutes ces silhouettes, un seul mot d’ordre : la décontraction, le confort, mais pas sans style et sans audace ! La Casual-chic joue avec, d’une part les pièces considérées comme « détente », et  d’autre part des éléments plus sophistiqués, pour allier le plaisir à l’élégance et oublier les joggings du dimanche sans se priver d’un minimum de lâcher-prise !

 

Les fondamentaux du look :

casual chic homme avec sac en cuir

Casual chic homme avec sac en cuir @georgerudy

Les jeans :

Elément incontournable du modèle casual-chic , le pantalon en jean est facile à assortir, facile à porter et a l’extrême avantage de se décliner dans de nombreux coloris. Pour en rester à notre look du jour, on préfèrera la version foncée ou brute, qui donne le ton d’une décontraction bien maîtrisée, bornée. On pourra le porter avec un tee-shirt, une veste de costume légère en été, un tweed en hiver. Le bon deal est de donner un peu de relief à la silhouette en accentuant le décalage haut-bas avec des matières et des couleurs plus appuyées en haut du corps.

Une chemise unie-cravate ou nœud papillon, ou à motifs discrets, des chaussures habillées ou des sneakers immaculées, et des accessoires un peu fun, viendront enrichir le côté réfléchi du look.

Pourquoi le jean a-t-il cette image décontractée ? Sans doute à cause de son histoire :

Depuis un siècle et demi, la fameuse toile denim est entrée dans toutes les vies, du plus jeune au plus âgé, du punk au cadre sup, de la ménagère au biker. Incontournable de la mode,  il est l’un des éléments les plus revisités de son histoire. Facile à accorder, il se marie pratiquement avec tout et met tout le monde d’accord sur son style et son confort.

Mais d’où provient-il réellement ? Eh bien, selon les puristes, cette toile que l’on pensait un peu plus que centenaire serait née à Gênes, au nord de l'Italie, au u XVIème siècle. A Genova (dans la langue du cru), on bénéficie à l’époque d’un des plus grands ports d'Europe, où transitent des millions de marchandises venues de l'autre bout du monde. Dans ce fourmillement constant d’activité maritime, on crée une matière nouvelle destinée à la fabrication de voiles des bateaux et aux uniformes des membres d’équipages. Un textile qui aurait des propriétés inédites dont une résistance énorme à toutes les contraintes, et qui va très vite connaître un grand succès.

En fait,  selon d’autres sources,  le jean serait de la toile de coton, mélangée à du lin ou de la laine pour créer un tissu porté par les gens de petite condition. Cette étoffe grossière, d'abord produite, en effet par les Italiens, se serait exportée en Angleterre, par ce même port de Genova, d'où l’appellation de "jean" qui se réfèrerait à la prononciation britannique de « Gènes ». Les mythes ont toujours leurs petites parts d’incertitude…

Plus tard, en 1853, un petit gars de Bavière, Levi Strauss,  s’intéresse à ce textile oublié et se met dans l’idée de lui redonner une nouvelle  jeunesse et une nouvelle utilité. Il décide donc de mettre en vente des pantalons et des salopettes réalisés dans  cette fameuse toile de laine et de lin que l’on trouve sur des bâches ou des modèles de tentes fabriquées en Nouvelle-Angleterre. Ce tissu grossier n’est pas encore tout à fait le denim actuel, mais commence à y ressembler, même si côté coloris, on est plutôt sur des bruns ou des beiges naturels.. A partir des années 1860, la toile de jean devient plus légère et prend le nom officiel de Denim car son tissage s’inspire fortement, de celui de la serge « de Nîmes », dans le Sud de la France. L’Indigo est alors sa nouvelle teinture et  le restera un bon moment !

Les ouvriers sont alors les premiers à adopter le denim et parmi eux, aux Etats-Unis, les chercheurs d'or, les constructeurs du chemin de fer, les mineurs, et les cow-boys ou les fermiers du far west américain.  Les esclaves du sud, en seront aussi dotés pour travailler dans les champs de coton. Leur résistance incroyable aux conditions climatiques et aux efforts prolongés feront dire aux habitués à l’époque, qu’ils sont faits pour durer une vie entière… pas si évident de nos jours !  Le succès technique et pratique du jean est donc assuré, mais son potentiel fashion pas encore capté par les « modeux » de l’époque.

En 1871, Jacob Davis, un couturier, aimerait renforcer les coutures de ses pièces en denim, il demande donc à Levi Strauss d’imaginer une solution et ensemble, les deux hommes déposent ensuite un brevet pour leur jean à poches rivetées, le brevet #139.121 de 1873. Les fameux rivets de cuivre sont nés. La  marque  de Levi Strauss ajoute également une double surpiqûre de fil orange sur les poches, et un patch en cuir sur le dos au niveau de la ceinture, qui signera le produit et garantira l’authenticité des modèles.  A l’orée du 20ème siècle, le jean a désormais  5 poches, et dans les années 20, se dote de ses premiers passants de ceinture pour le confort d’américains qui commencent à privilégier cet accessoire au détriment des bretelles ancestrales, bien  moins commodes. Mais de nouvelles marques apparaissent  aussi sur le marché et le font évoluer constamment. Plus léger, dans des formes différentes, il se dote aussi de fermetures éclair dès 1926.

Dans  les années 50, le jean devient enfin un vêtement mode et  prend sa part de glamour tant attendue !

casual chic homme avec appareil photo

casual chic homme avec appareil photo @pix

On l’a beaucoup vu dans les publicités. La maison Wrangler réalise sa première collection de vêtements destinés aux cow-boys américains en 1946 et au cinéma, les westerns sont de plus en plus appréciés par petits et grands et font les beaux jours d’ Hollywood. Les fans s’identifient aux Gary Cooper, John Wayne ou Stewart Granger, et plus tard, c’est James Dean qui crève l'écran dans « Géant » ou  "La Fureur de vivre" avec Nathalie Wood, incitant les hommes à imiter son style rock avant l’heure. Le denim devient son image de marque et  celui des blousons noirs, les very bad boys de l’époque.

casual chic jeans homme

casual chic jeans homme @pix

Mais le denim vit aussi à l’international et les japonais, par exemple, décident de commencer à fabriquer les leurs en rachetant les anciens métiers à tisser américains dans les années 1930. Ils lancent une toile  très rigide, renforcée aux extrémités par les fameuses coutures « selvedge »,  très serrées et symbole plus tard d’un denim haute qualité. Chez nos amis britanniques, la marque Lee Cooper devient un symbole des fans de mods, un jazz particulièrement prisé  à Londres. En France, mai 68 se fait en jean pour les hommes et pour les femmes, qui obtiennent un modèle avec braguette alors que le denim féminin était jusqu’alors équipé d'un zip sur le côté.

Le mouvement  hippie se saisit aussi du jean dans les sixties. La toile prend alors des couleurs différentes, se pare de fleurs, de sigles pacifiques et de revendications multiples. Une toile d’expression comme une autre qui se met à s’élargir furieusement vers le bas et rejoint la tendance patte d'éléphant jusqu’à la fin des années 1970. Surfant sur l’hyper représentativité des silhouettes disco, et une adaptabilité étonnante. Paradoxalement, c’est d’ailleurs à la même époque que déboulent  les tailles basses et les premiers slim ou skinny, proches de milieux punk, new wave etc.

casual chic homme a la plage en vacances

casual chic homme à la plage en vacances @pix

Dans les années 80, le hip hop fait tout changer : on aime porter du large, du très large et le street wear fait son arrivée dans les penderies. Pantalons baggy,  flares, loose puis grunge dans les années 90, la toile se porte  façon « musique addict » en fontion de nos courants musicaux favoris et se déchire, s’aristocratise avec des marques de luxe, se la jouant trash ou hype, grunge ou bling-bling.

casual chic chaussures converses

casual chic chaussures converses @pix

 

En jeans, tous les styles sont ainsi déclinables à l’infini, mais celui qui reste le plus basique et le plus porté au quotidien est sans doute celui de casual-chic, dans lequel le denim joue les stars incontestées !

 

Les vestes de costumes ou blazers :

casual chic homme en veste et pochette

casual chic homme en veste et pochette @pix

 

Elles sont la caution chic de cette tendance ! Mais attention, si l’on ne veut pas tomber dans le classique désuet, on mise sur des coloris plus recherchés que ceux que vous avez l’habitude de porter au travail. On aime les bleus marine, les beiges,, les vestes à coudières dépareillées et les textures et motifs sobres mais efficaces en hiver comme en été. Une rayure fine, un carreau mesuré sur des chemises blanches ou en chambray  bleu uni-chino et  baskets courtes donneront une énergie nouvelle à votre allure. Le must du must en ce moment, la veste sur bermuda les jours de beau temps, et le blazer croisé, un temps oublié, mais aujourd’hui en pleine mutation ! Un trend à utiliser avec précaution, plutôt réservé aux fashion victims très informées.

 

Le tee-shirt :

casual chic homme décontracté en tee shirt blanc

casual chic homme décontracté en tee shirt blanc @pix

 

Dans la lignée du jean, il est son compagnon idéal, tant en terme de confort que de design mode, et se marie déjà depuis des décennies avec les blazers,  sans conflit d’intérêt !

On aime le côté sexy du tee shirt blanc en V avec une veste à la coupe droite et sans chichis. Sur un pantalon droit en toile de couleurs, il s’urbanise furieusement et légitimise totalement l’esprit casual-chic. Une sorte de schizophrénie vestimentaire qui marche on ne peut mieux ! Mais on peut aussi décliner ces pièces simple dans des coloris divers et variés et jouer aussi sur les nouvelles matières proposées comme des lins légers pour l’été ou des cotons retravaillés avec des effets nid d’abeille ou autres. Le tee-shirt a lui-aussi quitté ses origines plutôt modestes pour devenir un best et fricoter avec la « haute » des tendances fashion !

 

Les sneakers :

casual chic sneakers

casual chic sneakers @pix

 

Fini le temps où l’on achetait exclusivement ses baskets pour aller se dégourdir les jambes au tennis, courir le marathon ou lézarder sur son canapé le week end ! Désormais les baskets sont une pièce irremplaçable du vestiaire masculin et d’autant plus pour le style casual-chic ! Mais pour cette tendance, l’art et la manière de les porter sont assez règlementées ! Pas de look destroy, de lacets qui traînent ou de couleurs trop fortes ! Pas de baskets sales ayant déjà été utilisées pour le sport, pas de montantes style hip-hop ! Non rien que du sobre et chic. Du blanc virginal ou des couleurs de saison,  du cuir ou de la toile et de la basse ! On aime beaucoup les innovations des marques iconiques, mais on peut aussi faire sobre avec des classiques revisités.

 

Les pièces plus stylées :

casual chic pull rayée marinière homme

casual chic pull rayée marinière homme @pix

 

La marinière :

Elle est l’un des hits fashion du moment mais on peut aussi la classer parmi les grands incontournables de la plupart des looks chics masculins. Portée sur un jean, sur un pantalon droit en toile, elle donne ce brin de fraîcheur qui fait tout ! Sous un blazer bleu marine, elle prendra un air aristocratique assez grisant et avec des baskets ou des espadrilles, les loups de bord de mer n’auront qu’à bien se tenir !

Vous pourrez décliner le genre en hiver avec de beaux pulls torsadés irlandais sur des pantalons en velours ou des pulls marins avec boutonnière sur l’épaule, très sensuel et cocooning ! Le look vieux loup de mer est toujours au top, sexy et confortable. Une fois qu’on y a goûté, difficile de s’en passer.

 

Le veston :

casual chic homme élégant en veston assis sur une chaise

casual chic homme élégant en veston assis sur une chaise @pix

 

De prime abord, cet élément du costume trois pièces peut paraître guindé, mais en version décontracté il a un charme fou !

Sur un beau jean avec une chemise blanche, et pourquoi pas une cravate un peu plus gaie, les gilets se porteront dans des teintes et des textures plutôt sobres et classiques, histoire de bien casser le casual du jean. Sur un chino ou un pantalon à pinces, avec !une chemise plus loose col ouvert, il donnera un air plus baroudeur qui affirmera la silhouette sans trop la « démocratiser » ! Encore une pièce que l’on aurait pu penser trop guindée pour une allure détente, mais qui adore sortir des sentiers battus !

Le style Casual-chic un peu décodé pour vous permettre d’y faire vos premiers pas ou de suivre la tendance sans fausses notes ! N’hésitez pas à mixer matières et couleurs, ne transigez pas sur le confort mais pensez toujours à alléger votre silhouette. Des coupes droites mais pas trop slim, des tons de saison mais avec de la fantaisie, et toujours l’envie de glisser sur le  temps comme sur une vague avec des pièces intemporelles et  pratiques, futées sans trop de simplicité, et qui feront de votre allure, un modèle de smart décontraction ! Le top quoi !

Par Marie Masuyer,

Pour Cravate Avenue - Copyright totalement interdit

Partager ce contenu

Ajouter un commentaire

 (avec http://)